Cosme de SCORAILLE

En 1960, après un détour par la sculpture, Cosme de Scoraille, représentant de l’abstraction lyrique, se tourne davantage vers la peinture, avec une prédilection pour l’acrylique et le pastel sur Papier Kraft.
Il s’installe en 1983 au domaine de Sautou à Castanet (entre l’Aveyron et le Tarn et Garonne), chez M. et Mme Nozal, et ne cessera plus de peindre.
En 1991, Marc Censi Maire de Rodez et Catherine Gaich conservateur du Musée Denys Puech à Rodez, préfacent le catalogue « Cosme de Scoraile » édité avec la participation du ministère de la culture, de la DRAC et de la région Midi Pyrénées.

« Cosme se livre enfin à nous aujourd’hui, libéré brusquement de son œuvre qu’il continue de mener à bien à plus de 80 ans. Car la peinture de Cosme, authentique et spontanée, demeure une énigme : celle de la création ».
Marc Censi

« Depuis lors, au cœur d’une campagne reculée du domaine de Sautou, aride l’été et sans doute cruelle l’hiver, la peinture de Cosme instinctive et raffinée, illumine la vie de tous ceux qui l’ont approchée ».
Catherine Gaich