Muriel DUCHE

Les petits bouts de quotidien sont au rendez-vous ! L’odeur d’herbe et de foin après la rosée traverse la toile et une brise marine titille nos rétines de façon indéfinissable. Dans une belle harmonie de composition, Muriel DUCHE s’adresse aux sens dans un équilibre pictural délibérément classique. C’est aussi celui d’un conteur qui oriente notre regard vers l’enfance et l’univers féminin. En jouant à saute-mouton, de petits bonheurs en instantanés intensément vécus, Muriel DUCHE brosse des ambiances fraîches, denses et romantiques. Au rythme de passages des tonalités et à l’énergie de ses couleurs qui éclaboussent de lumières sonores, elle ne manque pas de rappeler qu’elle a tou­jours aimé sauter à pieds joints dans les flaques et aussi qu’elle peint avec les yeux de sa musique. Tout cela s’exprime en une multitude d’émotions prêtes à être partagées. Pinceaux et couteaux au bout du cœur, Muriel DUCHE transcrit essentielle­ment les attitudes les plus spontanées. Cette aisance aussi primesautière que juste et minutieuse s’exprime avec une égale fortune dans ses sculptures, aux trois dimensions d’une poésie affective et silencieuse. 
Muriel DUCHE 
née en 1957 en Normandie peint depuis 30 ans tout d’abord en autodidacte puis avec l’aide charmée de Gérard Matisse (le petit fils d’Henri),  de Mick Micheyl, Frédéric Menguy de Françoise Seigner de la Comédie Française et de tant d’autres clients puis amis, elle a su s’affirmer tant en peinture qu’en sculpture, pour saisir les moments suspendus qu’elle mène le plus loin qu’il lui est possible. Ils rebondissent sur le temps et les regards sans que jamais il n’y ait de mot fin à l’histoire narrée sur la toile.